Un éloge de l’ombre

Projet pour l’îlot 41a de la ZAC Andromède à Toulouse
Catégories : Bureaux

Le projet est le lauréat du concours pour la conception d’un programme de bureaux sur la ZAC Andromède, premier éco-quartier de Toulouse Métropole. Conçu d’après ses usages et la transition urbaine qu’il opère, le bâtiment fonctionne comme un écosystème, dont la structure béton et le jardin arboré composent un théâtre d’ombre et de lumière à l’élégance intemporelle.

Une architecture à vivre – de l’intérieur vers l’extérieur.

Inspirée des usages, l’architecture est tournée vers la fonctionnalité, le confort, le bien-être et la fluidité des circulations. La réflexion sur la qualité de vie au travail a augmenté les besoins primaires d’une activité tertiaire par des infrastructures de loisirs. Les balcons et galeries extérieures, inédites dans l’architecture tertiaire, offrent une respiration à la structure comme à ses occupants.

 

La façade – dessiner l’ombre, ciseler la lumière.

Au sud et à l’ouest, la façade vitrée est doublée par une structure béton autoportée animée par des lames verticales de béton préfabriqué. Plus ou moins avancées par rapport à la façade vitrée selon l’élévation et l’orientation, les dalles béton agissent comme brise-soleil le midi. Les lames verticales filtrent le rayonnement solaire, elles se resserrent avec l’élévation pour mieux protéger les bureaux.

Parkings réversibles – permettre l’évolution et encourager la mutation vers les modes doux.

Deux parkings sont prévus : en sous-sol et au rez-de-chaussée. Ce dernier est abrité par le corps principal du bâtiment. Selon l’évolution des besoins en termes de bureau et la mutation vers des modes de déplacement doux, ce parking pourra se transformer pour offrir un complément de 3400 m² de bureaux.

État du projet

— Études : 2018 – 2019

Maîtrise d’ouvrage

— Kaufman & Broad

Lieu

— Toulouse Zac Andromède

Surfaces

— 15 000 m² SDP

Coût

— 24 M€

Co-Traitant(s)

— Projex

— Exe-co

— VS-A

— Paysagiste : Slap

— DIAGOBAT

 

Chef(s) de projet

— Rémi Basson

Perspectives

— Keurk