Tournai gare

Concours pour le réaménagement de la place de la Gare et de la rue Royale de Tournai
Catégories : Urbanisme

Inscrire le projet dans la grande dynamique de réaménagement des gares sur le territoire national et euro-métropolitain, c’est faire entrer la gare de Tournai dans une génération de hub multimodaux attentive aux pratiques et usages nouveaux. C’est l’occasion de donner à redécouvrir la gare de Tournai dans une vision contemporaine, ouverte sur la ville et son quartier, portée sur une inter-modalité connectée répondant aux contraintes actuelles et futures.

Notre projet révèle tous les potentiels et points forts de l’espace de la gare en rééquilibrant l’ensemble des curseurs à travers cinq axes majeurs identifiés et traités de manière transversale : la spatialité, la prégnance du végétal, la mobilité, la vision historique et l’activation de l’espace public.

Redéfinition de l’espace

Le dessin du quartier de la gare de Tournai est issu d’une tradition courante au XIXe siècle, quand les ingénieurs et architectes concevaient une urbanisation des abords des gares en centrant la composition sur les transports routiers plutôt que sur les usages piétons. Une forme de monumentalité et de lisibilité a été donnée à l’ensemble formé par la gare, l’espace public et les immeubles de gabarits réguliers qui l’entourent, ainsi qu’aux voiries généreuses qui relient cet ensemble au centre de la ville.

L’actuel espace de la gare est découpé en séquences qui communiquent difficilement : le parc, la place et le parvis de la gare mis à distance par un boulevard périphérique structurant. Ce constat nous engage à proposer une définition plus hybride et plus sensible : celle d’un seul et même espace lisible, tenu par des façades, aplani et apaisé, où le piéton retrouve une liberté de mouvement sécurisée.

Structure arborée, logiques urbaines valorisées

Pour l’espace public majeur, l’un des enjeux est d’assurer la continuité des grandes logiques de structures arborées déjà en place en introduisant un nouveau maillage végétal accompagnant les figures urbaines de manière très lisible. Cette maille végétale contemporaine se raccroche aux grands sujets conservés du parc Crombez. Les houppiers des arbres seront remontés pour laisser passer le regard et jouer sur la sensation de traverser un espace où la canopée participe à la qualité de l’espace public.

Dans la rue Royale, les plantations d’arbres se concentrent aux croisements avec la rue du Becquerelle et la rue des Jardins. Elles se perçoivent grâce à de grandes perspectives depuis plusieurs rues adjacentes, réduisant la minéralité du quartier et marquant les grandes séquences de cet axe historique.

Mobilité et ergonomie de l’espace

Actuellement, les différents flux tentent de cohabiter sur un périmètre restreint sans réelle hiérarchie. Pour la réorganisation, chaque flux est considéré dans sa spécificité, sur un territoire élargi et aéré. Les espaces dédiés à la mobilité douce gagnent en visibilité, tandis que les autres usages bénéficient de solutions fonctionnelles, capacitaires et flexibles.

Pour libérer le parvis d’un trafic bus soutenu, la gare routière est réorganisée et son accès est relocalisé vers la place Carbonnelle. Le décalage du drop-off autour de l’ancienne poste permet de dégager la façade de la gare, de prolonger le passage sous voie pour l’ouvrir sur le parvis.

Matérialité, passage de témoin historique

Bien que pensée avant tout pour un confort spécifique et dédié, la question de la matérialité est aussi l’occasion de questionner l’existant, l’histoire et l’usage. Le projet donne une sensation de continuité de la gare à l’Escaut grâce à une homogénéité des matériaux et une horizontalité douce, qui redessinent la rue Royale en donnant une place prioritaire au piéton.

Espace public, espace des possibles

La convergence des flux autour de la gare induit un trafic élevé et une grande visibilité. Cet espace public généreux permet aux tournaisiens de se l’approprier comme une scène de la vie citoyenne, pour donner une nouvelle image au quartier et une vraie identification dans la ville.

Pour activer cette grande échelle, nous proposons d’élargir les trottoirs périphériques afin d’en augmenter les usages. Le grand vide central devient le cœur de ce nouvel espace public : un espace capable, susceptible d’accueillir des usages spontanés ; un espace disponible, généreux, sans contraintes de formes pour permettre davantage de projections. Un outil offert à la ville, utilisé par et pour ses habitants, pour des usages restant à inventer. Ce type d’aménagement non-autoritaire permettra l’émergence d’initiatives diverses, ponctuelles, temporaires et informelles.

État du projet

—Non retenu (classé 3ème)

Maîtrise d’ouvrage

— Tournai

Surfaces

— 9,2 Hectares

Coût

— 10,2 M

Co-Traitant(s)

— NORD (Valentin Bollaert & Pauline Fockedey) (Bureau d’architecture et de scénographie)

— ATELIER ALTERN (Agence de paysage)

— MAGEO (Bureau d’études Génie urbain)

— RR&A – Roland Ribi & Associés (Bureau d’études Mobilité)

— FACILIYO (Participation)

— UTIL (Bureau d’études Structure)

— DAIDALOS & PEUTZ (Bureau d’études Acoustique et PEB)

— EKTA (Studio de Design Graphique)

Chef(s) de projet

— Quentin Gérard

Caractéristiques

— Réaménagement, revitalisation et développement du site du plateau de la gare, de la place Crombez, de la rue Royale et de sa connexion au quartier Cathédral UNESCO, dans le cadre du projet SMARTCITY – Centrale de marché

Crédits

— Signalétique : EKTA

— Illustration : Éva Le Roi

— Photos : Delphine Mathy