Rock Mountain

Construction de 152 logements étudiants et jeunes travailleurs
Catégories : Logements

Le projet Rock Mountain s’inscrit dans la création de l’éco-quartier de la ZAC Clichy-Batignolles, en lisière de l’emprise ferroviaire menant à la gare St Lazare.

Imaginé comme un paysage en terrasses, le lot O3 se compose d’un bâtiment de bureaux dessiné par Gaëtan Le Penhuel et de deux bâtiments de logements dessinés par Saison Menu et Associés : des logements sociaux et une résidence pour étudiants et jeunes travailleurs, posés sur un socle commercial réalisé par SUD Architectes. Une partie de ces bâtiments repose sur un sol artificiel, une dalle béton qui prolonge le niveau de la rue au-dessus d’une voie de maintenance des trains.

Trouver la densité soutenable dans un contexte urbain en tension

Le défi a consisté à répartir sur cet espace restreint et techniquement complexe une programmation considérable, en offrant à chacun les meilleures conditions de confort, d’ensoleillement, d’intimité et de vue. Au-delà de la mixité verticale, qui consiste à réserver les rez-de-chaussée à l’activité commerciale et superposer les bureaux ou les logements pour les mettre à distance de l’espace public, cet ensemble se développe comme un paysage à part entière. Face au défi de la densité soutenable, nous avons imaginé une composition complexe qui offre un sol extérieur à chaque programme à des niveaux différents, pour multiplier les occasions de voir et de circuler, à l’intérieur comme à l’extérieur.

La façade falaise, front protecteur

La résidence bénéficie d’une visibilité lointaine grâce à sa situation très exposée de la rive ferroviaire. Du côté des voies, la présence massive de la résidence étudiants est capable de s’imposer en regard de la largeur impressionnante de l’emprise ferroviaire. Ce rapport d’échelle trouve la juste mesure avec le paysage urbain, le nouveau front bâti qui s’aligne le long des voies. C’est aussi un élément structurant qui se pose en protection de l’éco-quartier à l’arrière. La façade monumentale fait front comme une falaise ou la paroi abrupte d’un plateau montagneux. Telles des strates rocheuses, deux saignées horizontales tracent des lignes blanches dans l’anthracite et symbolisent la vitesse des trains.

 Le paysage intérieur

En limite haute, la skyline accidentée laisse présager le paysage intérieur et la végétalisation généreuse de ses toits jardins. La découpe n’est pas une fantaisie : elle permet à la lumière d’atteindre le cœur d’îlot et le bâtiment de logements La Chrysalide. En cœur d’îlot, le bâtiment paysage est un territoire à arpenter et à vivre, avec des jardins plantés en pente comme les versants d’une colline, de grands arbres, des failles, des coursives, des versants et des patios paysagers plus intimes qui rappellent les courées des bâtiments haussmanniens.

État du projet

Livré en 2018

Maîtrise d’ouvrage

— MAB Development

— BPD Marignan Immobilier

Lieu

— Paris XVIIe

Co-Traitant(s)

— Gaëtan Le Penhuel : architecte mandataire

— SUD : architectes

— Emma Blanc : paysagiste

— Franck Boutté : consultants AMO développement durable

Chef(s) de projet

— Pascal Masson

— Marcin  Wieczorek

— Joanna Wieczorek

— Louise Descamps

Caractéristiques

— BBC Effinergies / HQE profil A

— CPEDD Ville de Paris

— Cahier de prescriptions environnementales et de développement durable

Crédits

— Photographies : Julien Lanoo