Les lisières de Garonne

Un site attractif fort par sa localisation, qui s’inscrit dans une dynamique de projets: La ZAC Saint Jean Belcier
Catégories : Bureaux, Logements

Un site à réinventer

La parcelle Olano constitue un sujet urbain très contemporain, dont l’enjeu est de transformer durablement des sites dédiés à la logistique, installés aujourd’hui dans une situation à la fois centrale et enclavée, qui demain s’inscriront dans la continuité de la ville.

 

L’ancienne plateforme logistique se trouve sur la ZAC Saint Jean Belcier, cœur de quartier proche de la gare TGV. C’est l’un des secteurs du projet Bordeaux Euratlantique lié à l’arrivée du TGV de Tours à Bordeaux (2 heures à l’horizon 2017). Avec l’arrivée de la ligne à grande vitesse, la gare de Bordeaux Saint-Jean est appelée à devenir le carrefour du sud-ouest européen. Sur la rive gauche de la Garonne, ce nouveau pôle d’échanges Saint-Jean Belcier constitue l’un des moteurs du projet Bordeaux Euratlantique.

 

Suite à un concours d’urbanisme, le groupement Reichen-Robert et Associés a été désigné lauréat pour réaménager le périmètre de Saint Jean Belcier en février 2011. Le plan guide a connu plusieurs évolutions, pour aboutir à un projet de quartier vert et ouvert sur le fleuve. Actuellement les chantiers sont en cours Quai de Paludate, sur l’îlot Amédée Saint Germain et sur les Jardins de l’Ars sur d’anciennes emprises ferroviaires. Dans un secteur en profonde mutation, c’est un vaste territoire complexe composé de quartiers populaires et anciens et de grandes emprises d’activités à restructurer pour accompagner l’arrivée des trois lignes à grande vitesse et le développement concomitant de la centralité d’agglomération doublée d’un centre d’affaires.

 

Nous voulons installer une transition urbaine douce

Le site d’étude et la proposition urbaine qui en découle se situent à la croisée de trois grandes unités urbaines différenciées, inscrites dans un territoire en complète mutation.

 

Nous prolongeons la démarche engagée et créons pour ce nouvel ensemble urbain un rapport au sol et au ciel en écho aux différents contextes qui le bordent. Les formes urbaines sont de hauteurs variées et combinées selon les situations proches et lointaines. De nombreuses respirations paysagères viennent établir des ambiances contrastées. La mixité programmatique et les espaces libres reçoivent des modes d’occupation et d’usage très différents et complémentaires en relation aux autres espaces publics existants ou à venir dans le quartier.

 

Un contexte en complète évolution : aménager le projet dans des compositions urbaines variées

— Le domaine de Belcier est composé d’un tissu urbain historique relativement préservé, où de nombreuses échoppes définissent un tissu en nappe relativement horizontal et unique que seule une pièce de logements collectifs vient interrompre. Sa richesse tient à son unité architecturale et urbaine. Nous sommes particulièrement intéressés par la diversité des orientations de son parcellaire, où l’on se perd et se retrouve. Dans la rue, quelques césures nous donnent à voir des pièces de paysage, des retraits provoquent des situations de décompression de l’espace de la rue et accueillent des arbres. Sans rechercher le mimétisme de situation, nous nous inspirons des qualités de cette orientation du parcellaire et de ces variations sur les espaces libres pour les réinterpréter dans notre proposition urbaine.

— Le domaine du MIN est actuellement occupé par des entrepôts installés sur de grandes surfaces de bitume. Cette situation va évoluer à court, moyen et long terme, tout en préservant une vitalité liée au maintien des activités. Cependant, de nouveaux programmes voient le jour, des pièces urbaines majeures s’installent notamment sur le quai de la Paludate. Ces nouveaux programmes réalisent un saut d’échelle dans le gabarit des bâtiments, parfois jusqu’à atteindre une hauteur de 36 mètres, gagnant des vues sur la Garonne.

 

Notre proposition urbaine donne à voir la nouvelle évolution et plus particulièrement les grandes transformations de la rue de la Seiglière.

Dans une rue aujourd’hui occupée par des poids lourds, une nouvelle école, de nouveaux bâtiments se construisent. Elle deviendra une voie urbaine largement plantée, produisant des continuités du square au quai.

État du projet

Conception : 2016

PC déposé : en cours

Maîtrise d’ouvrage

— VILLOGIA

— ROBERT ALDAY

Surfaces

— SDP : 29 930 m²

— 19 204 m² (logements)

— 5 986 m² (résidence sénior)

— 4 121 m² (bureaux)

— 619 m² (crèche)

— 215 places de parking en sous-sol

Co-Traitant(s)

— SAISON MENU & ASSOCIÉS : Architectes Urbanistes

— MONTOURO : Architectes

— LS2 : Paysagiste

— PROJEX BET VRD : Structure, Fluides,  Accoustique

— TERAO : BET Environnementale

Chef(s) de projet

— Emeric Debrauwer

— Jean François Vanantwerpen

Perspectives

— Motiv Studio

Caractéristiques

— HQE

— BREEAM