La cité jardin contemporaine de Satory

Étude de définition d’un projet urbain et paysager pour les anciennes casernes de gendarmerie de Satory
Catégories : Urbanisme

Un paysage urbain et paysager connecté au Grand Paris

Fort d’un périmètre de 10 hectares à proximité immédiate du château et du cœur historique de Versailles, le site dispose d’une situation géographique et d’une qualité paysagère stimulante en matière d’urbanisme et de paysage. Il s’inscrit également dans une dynamique de développement des transports en commun et d’un réseau de nouvelles mobilités à grande échelle qui confèrent au plateau de Satory un potentiel de mise en valeur exceptionnel à l’échelle des Yvelines et du Grand Paris.

L’arrivée de la ligne de métro 18 à l’horizon 2025 et la proximité de la RN12 sont d’ores et déjà la garantie d’un réseau de mobilité de qualité à grande échelle. De nouveaux projets d’organisation des infrastructures viendront développer la qualité d’accessibilité et de liaison du site, notamment par le réseau ferré.

Cette qualité du site impose des ambitions élevées pour le projet de développement urbain : Satory sera un quartier d’exception, amplifiant et valorisant son cadre naturel, combinant un habitat de grande qualité avec des activités de recherche et de développement et l’accueil d’entreprises de pointe. Il sera un modèle d’innovation en matière de mobilité, de gestion d’énergie et de biodiversité.

La cité jardin contemporaine au cœur de la ville parc – un modèle d’habitat urbain et paysager.

Sur une emprise de 10 ha, le site s’inscrit dans le périmètre opérationnel de Satory ouest, entre le paysage naturel des coteaux et le vis-à-vis de Versailles, délimité selon les prescriptions de la charte urbaine et paysagère par les mails paysagers renforçant les anciennes voies de chasse. C’est un territoire à forte valeur paysagère que notre projet propose d’optimiser.

Pour autant, et malgré son patrimoine paysager et architectural, le site présente deux difficultés majeures :

— La présence d’infrastructures lourdes liées à la logistique militaire qui viennent encombrer le paysage urbain.

— Le caractère vétuste des anciennes casernes qui nous apparaissent, en raison de leurs modes constructifs, impossibles à réhabiliter et vouées à la démolition.

C’est à partir de sa qualité paysagère et de ce diagnostic que nous proposons d’appuyer le projet sur deux éléments majeurs :

— La préservation de pièces architecturales, véritables figures de l’écriture urbaine du site actuel et à venir, éléments de permanence à valeur patrimoniale et architecturale : deux casernes, un pavillon, deux maisons de haut gradés et une chapelle articulent ainsi le futur projet et l’histoire du site.

— Le paysage sous toutes ses formes, de l’échelle du grand territoire à l’échelle de l’espace collectif et individuel. Nous nous appuyons et poursuivons les prescriptions de la charte, grâce à un jeu d’amplifications et de résonnances qui valorisent le patrimoine paysager, préservent les arbres existants et consolident le paysage.

Sur ces grandes ambitions, nous installons un modèle d’habitat urbain et paysager réinventé : la cité jardin contemporaine, modèle d’organisation spatiale simple créant les conditions d’accueil optimales des logements et des services dans un cadre paysager de qualité et la valorisation d’un sol parcouru par les modes doux.

Maîtrise d’ouvrage

— EIFFAGE aménagement

Surfaces

— 10 ha

Co-Traitant(s)

— CAP TERRE

Chef(s) de projet

— Julie Bubrovsky

Caractéristiques

— 124 000 m² : logements + logements individuels + commerces + équipements + résidence services + résidence étudiante + parkings