Grand quai du Havre et ses abords

Concours pour l’étude urbaine sur le devenir du Quai Southampton et de la Chaussée Kennedy
Catégories : Urbanisme

Une ville-port

Le Havre est une ville-port, c’est-à-dire non pas une ville dotée d’un port que l’on devinerait au loin, mais une ville dont le port a constitué et constitue encore le paysage et l’identité et dont l’histoire et le développement sont indissociables de ceux du port. Si l’histoire récente du Havre est celle d’un éloignement et d’une autonomisation des deux entités (les activités portuaires se délocalisant et se déplaçant vers le sud), les infrastructures portuaires perdurent, dessinent et caractérisent le paysage havrais et, en termes de superficie, le port reste deux fois plus grand que la ville.

Les trois séquences du site sont marquées par ce paysage portuaire :

— Le quai de Southampton, ancien quai d’arrivée des transatlantiques, offrant une vue sur l’actuel terminal des croisiéristes et au-delà sur le port 2000 et sur les futurs transports d’éoliennes.

— Le quai du commerce, créé pour les bateaux de commerce et marquant la présence de l’activité portuaire au centre-ville.

— La rue de Paris dont l’activité et l’animation devaient leur vitalité à sa fonction d’artère reliant le grand quai au bassin et dont la perspective met en scène aujourd’hui encore le mouvement des paquebots.

Le site, et plus particulièrement le quai de Southampton, se situe au point d’articulation ou de confrontation de l’urbain et de l’infrastructure portuaire et offre une situation de vis-à-vis et de jeux de regards particulièrement riches entre ces deux types d’espaces.

Aujourd’hui il s’agit d’une zone aux usages flous et aux accès à l’eau problématiques (physiques et visuels). Espace fragmenté et déqualifié, ni tout à fait urbain ni tout à fait portuaire, sa situation en front de mer et en vis-à-vis du quai de Floride et sa spatialité généreuse en font un lieu stratégique évident dans la réflexion port/ville.

Entre port et bassins : Le Havre, ville d’eau

Si la présence de l’eau est l’une des données évidentes des villes portuaires, Le Havre possède la singularité d’être non seulement face à l’eau mais également infiltrée par l’eau. La présence de l’estuaire de la seine mais aussi et surtout des différents bassins à proximité et dans la zone d’étude crée une véritable ville archipel où l’eau construit le paysage tout autant que la ville.

Le réseau des bassins qui innerve le centre-ville offre une topographie particulière appelant un dialogue du bâti et de l’eau, de l’artifice et de la nature, souligné par la présence des marées non seulement en front de mer mais également au sein même de certains bassins.

La présence de l’eau crée une texture et une tonalité urbaines riches de possibles tant dans les usages que dans les ambiances. Une relation à l’eau intime, ludique et singulière est convoquée.

Maîtrise d’ouvrage

— Grand port maritime du Havre + Ville du Havre

Co-Traitant(s)

— Isabelle Menu, Luc Saison : architectes urbanistes mandataires

— 8.18 : Concepteur lumière

Mission

— Étude urbaine sur le devenir du grand quai du Havre et ses abords (quai Southampton et chaussée Kennedy)