Eden City

Construction de 128 logements et d'un parking silo
Catégories : Logements

Situé près du Port Fluvial de Lille, dans un secteur en devenir soumis à un projet de rénovation urbaine de grande ampleur, Eden City s’est dessiné autour d’une double tension d’échelle. Une échelle physique d’abord : il s’agissait de parvenir à créer une volumétrie capable d’accueillir une forte densité et qui sache s’insérer dans l’architecture des maisons individuelles. Pour répondre à ces enjeux tout en respectant les contraintes d’un PLU qui ne prévoyait pas une telle densité, le programme s’est réparti en 5 volumes posés en périphérie de la parcelle et disposés autour d’un jardin intérieur. Tout en s’inscrivant dans l’unité et l’harmonie de la silhouette d’ensemble, chacun des volumes présente une morphologie à la fois simple et singulière par des effets de plissement, de resserrement ou de retrait. Ces formes sculptées et différenciées permettent d’assumer la densité du programme et de respecter les contraintes réglementaires mais aussi de créer les conditions d’un habitat convivial.

L’écriture architecturale évite la continuité massive et frontale d’un bâti uniforme en front de rue : par les jeux d’attiques, de plis, de retraits, les volumes construits apparaissent comme des formes diversifiées et aérées ménageant des respirations et des rythmes dans leurs rapports à l’espace public. Une large césure, Boulevard de la Moselle, ouvre l’espace et le regard sur le jardin intérieur, offrant des vues sur les arbres plantés et ménageant un lieu de transition entre espace public et espace privé correspondant à l’entrée de deux rez-de-chaussée vitrés voués à des programmes de services.

Parking silo graphique

A l’angle de la rue de Canteleu et du Boulevard de la Moselle, un parking silo contribue à cette recomposition de l’ilot et sa rythmique architecturale. Résolument intégré à la volumétrie générale de l’ensemble, adossé aux logements neufs et aux maisons existantes, il s’affirme dans sa forme et dans sa fonctionnalité.

De larges ouvertures disposées de manière aléatoire sur l’ensemble de sa hauteur donnent à voir ou à deviner les mouvements intérieurs qui l’animent. Les contraintes techniques et économiques empêchant d’enterrer le parking sont ici érigées en parti-pris architectural : il devient une pièce construite à part entière, qui se met en scène et exhibe ses fonctions. Il est habillé d’une peau en résille métallique qui poursuit la logique de l’ouverture partielle aux regards et de la mise en scène insufflée par les larges ouvertures. L’ensemble offre une double perspective possible : un élément architectural qui énonce sa fonction mais aussi une façade graphique, presque abstraite, qui s’offre au regard.

Harmonie d’ensemble

Le traitement des façades, suivant la logique du projet, conjugue unité et diversité ; un enduit simple se décline dans des tonalités allant du champagne à l’argenté, créant de légères variations de couleurs sans rompre l’harmonie de l’ensemble de l’îlot, à la manière dont la singularité des volumes bâtis s’insère dans une silhouette d’ensemble identifiable et cohérente.

Les effets de rythme des volumes sont redoublés par les nombreuses ouvertures évitant la symétrie rigide et créant une vision syncopée. Les logements disposent tous d’un espace extérieur et d’une grande luminosité ; grâce à la large échancrure du Boulevard de la Moselle, de nombreux appartements possèdent une double, voire une triple orientation.

 

 

État du projet

— PC déposé : mars 2011

— Démarrage chantier : janvier 2012

— Livré : 2014

Maîtrise d’ouvrage

— CIRMAD

Lieu

— Lille (59)

Surfaces

— SHON 9 978 m²

— SHAB 8 141 m²

— Surface de la parcelle : 4 661 m²

Coût

— 13,3 M€

Co-Traitant(s)

— Saison Menu Architectes

— Entreprise mandataire : NORPAC

Chef(s) de projet

— Pascal Masson

— Yannick Troubat

— Vincent Ermel

— Louise Descamps

— Armelle Meunier

Mission

— Conception / Construction

Caractéristiques

— Qualitel option BBC 2005 Effinergie

— Label H&E Profil A

Crédits

— Photographies : Julien Lanoo