Amiens, la vallée idéale

Aménagement urbain de la ZAC Gare la Vallée à Amiens.
Catégories : Urbanisme

La Vallée Idéale est le projet lauréat du concours de réaménagement urbain de trois sites du quartier de la Vallée, près de la gare d’Amiens : la halle ferroviaire et ses abords, le dépôt de bus et l’île aux fruits.

Amiens bénéficie d’un cadre exceptionnel entre ville et nature : côté urbain, le centre-ville à la reconstruction exemplaire, la cathédrale et la Tour Perret comme points de repère à grande distance, le quartier Saint-Leu vibrant… Côté nature, de très beaux parcs urbains, la Somme, les hortillons et la campagne aux portes de la ville.

Le nouveau quartier de La Vallée s’insère entre ces deux conditions, à proximité directe de la gare et du centre-ville et les pieds dans la Somme. Notre projet de Vallée Idéale révèle ce « déjà-là », tout en l’amplifiant pour ouvrir de nouvelles aspirations : attirer les familles et les jeunes actifs, accueillir les touristes, sédentariser les étudiants, développer le secteur tertiaire autour de la gare.

La nouvelle Vallée crée la pièce manquante, un trait d’union d’une rive à l’autre, d’une hauteur à l’autre, du minéral au végétal. La programmation variée et innovante complète avantageusement l’offre actuelle dans le respect de l’histoire et du contexte urbain.

Le potentiel de chacun des trois sites est développé en cohérence avec sa programmation et son environnement proche, afin de soigner les transitions et de concilier tous les modes de vie, de la ville intense à la ville apaisée. Il s’agit de créer une ville à la fois dynamique et durable, où chacun pourra vivre selon ses envies.

Un balcon sur la Somme – Amplifier la topographie du site

Le plateau ferroviaire est un balcon sur la Somme, vers laquelle le quartier descend tranquillement. La halle, actuelle ligne de crête, surplombe le fleuve de quelques mètres. Les constructions plutôt basses dessinent une pente tout aussi tranquille sur le versant.

Le projet propose d’amplifier la topographie du site :

— Prendre de la hauteur avec des points culminants, l’hôtel et les balises, qui bénéficieront d’une vue à 360° sur la ville et les hortillons au-delà de la Somme, tout en servant de point de repère dans la ville.

— Créer une nouvelle ligne de crête grâce aux bâtiments alignés en peigne en face de la halle. Cette nouvelle hauteur isole la ville apaisée de la ville intense, en orientant principalement les logements vers la campagne et la partie la plus calme du quartier.

— Augmenter l’effet de terrasses grâce à l’épannelage des constructions, qui composent une succession de jardins suspendus ouverts sur le fleuve.

— Souligner la longueur de la vallée, sens de circulation du fleuve et des voiries principales : en parallèle, le quai propose un parcours sécurisé pour les mobilités douces.

— Mettre la pente en valeur par des espaces publics inclinés qui descendent depuis le plateau ferroviaire jusqu’à la rue Dejean, créant par la même occasion des porosités dans la largeur de la vallée.

— Profiter de l’épaisseur du plateau pour creuser des nappes de parkings semi-enterrés sous les ilots de logements et bureaux.

Une vallée désirable – susciter l’intérêt du bout du monde ou du coin de la rue

Plusieurs dispositifs attirent les visiteurs dans la Vallée :

— La signalétique et le marquage au sol guident les voyageurs depuis la gare.

— L’émergence de l’hôtel et des balises – un empilement de containers – dialoguent en hauteur avec la Tour Perret et la Cathédrale. Visibles de loin, ils agissent comme des signaux de ralliement dans la ville.

— Côté voies SNCF, la façade de la halle est mise en lumière, expression du volume et support d’information dynamique sur les activités de la halle.

— La programmation attractive et variée, la qualité de l’offre permanente et évènementielle, les services et la restauration intéresseront les usagers d’à côté aussi bien que les touristes australiens et néo-zélandais pour prolonger leur séjour à Amiens.

— L’installation de programmes tertiaires en entrée de site instaure la continuité de l’offre tertiaire récemment installée près de la gare et conduit naturellement les employés des bureaux vers les nouvelles offres de restauration.

Une nouvelle identité de quartier – Réveiller progressivement La Vallée

Inscrite dans la durée, la transformation du quartier s’amorce au travers d’éléments marquants pour installer la nouvelle Vallée et attirer le public, les usagers et les habitants :

— Le marquage au sol : dynamiques, ludiques, graphiques, colorés… les tracés au sol sont un moyen modeste mais efficace d’activer le nouveau quartier grâce à la création de parcours thématiques, notamment à destination des enfants.

— Les pièces maîtresses : le ton est donné par des éléments prioritaires mis en place rapidement : hôtel et bureaux en entrée de site complétés par une offre de restauration au début de la halle et dans la petite mosquée ; crèche pour les enfants des habitants et des employés du tertiaire autour de la gare ; logements aux extrémités du dépôt de bus ; aire de camping-cars sur l’île aux fruits.

— L’urbanisme transitoire : au fil du temps et des constructions, les interventions transitoires portées par des acteurs locaux se déplacent à travers le quartier et instaurent le début de l’activité foisonnante à venir.

La ville au choix – Trois destinations pour combler tous les modes de vie

Étudiants, jeunes actifs, sportifs, familles, branchés, alternatifs, noctambules, chasseurs de tendances, amoureux de la nature ou citadins hyper-connectés : dans le quartier de la Vallée, chacun peut imaginer le ou les modes de vie qui lui conviennent, en fonction des jours et des saisons. Semaine ou week-end, travail ou loisirs, chacun trouvera la destination adéquate grâce à la richesse de la programmation et des aménagements urbains et paysagers. Des facilités particulières sont destinées à la jeunesse, du tout petit au jeune actif.

— Le plateau ferroviaire : la ville intense liée au patrimoine industriel propose activité économique, tertiaire, hôtellerie, loisirs, restauration, évènementiel, spectacles de rue, sport, services…

— Le dépôt de bus devient bourg dans la vallée, ville apaisée. Cet îlot très paysager conçu comme une prolongation du parc Nisso Pelossof se compose de logements, facilités collectives, commerces de proximité…

— L’île aux fruits : pour trouver le calme au bord de l’eau, en lien avec le patrimoine végétal et naturel des hortillons et de la Somme. Aire de camping-cars, maraîchage, guinguette, embarcadère, marché, loisirs de plein air, sports nautiques…

Place aux jeunes – Faire la part belle aux enfants

Les trois destinations du quartier sont pensées pour accueillir les enfants. Les tracés au sol, l’apaisement de la voirie et la possibilité de parcours protégés pour rejoindre les écoles favorisent les déplacements doux, l’éveil et la motricité des enfants.

Une crèche occupe le rez-de-chaussée du bâtiment situé à l’angle sud-ouest du dépôt de bus, côté parc. L’équipement facilitera la vie des habitants du quartier autant que celle des employés des bureaux proches de la gare.

Dans le parc augmenté, les bâtiments encadrent, sans pour autant les enfermer, de grandes pelouses où les enfants peuvent jouer en toute sécurité, donnant un caractère actif au paysage.

Surfaces

— 60000 m² SDP

60000 m² SDP

Co-Traitant(s)

— TER / EGIS

Chef(s) de projet

— Valentin Gouverneur

Mission

— Urbanistes